top of page

Moins de réseaux, plus de liens


moins de réseaux sociaux

Cela fait plusieurs mois que je me pose la question sur la pertinence d'avoir un compte Instagram. Je l'ai crée au départ pour communiquer sur les Jardins de Gal'gris, mais n'étant pas une grande fan des réseaux sociaux, j'ai du mal à me sentir à l'aise avec cet outil.

Comme beaucoup de gens j'ai eu un compte personnel Facebook au tout début de sa création et cela fait plusieurs années que j'ai quitté ce réseau car j'avais l'impression d'être spectatrice d'un défilé de publicités cachées, tout en ayant la sensation de perdre mon temps à regarder le profil des autres sans vraiment être en lien avec eux...bref je n'aimais pas trop ce que cet outil faisait à mon cerveau.


Pour Instagram, ma démarche a été vraiment professionnelle pour me mettre en lien avec d'autres néo-ruraux, mini-ferme pédagogiques et producteurs de plantes. Et j'avoue que cela m'a bien aidée ou en tout cas motivée, car j'avais l'impression de pouvoir trouver des idées pour m'aider à développer mon projet et puis je pouvais aussi communiquer sur les avancement des jardins. Cependant, après plusieurs mois d'utilisation, je me rends bien compte que j'ai du mal à communiquer sur Instagram : avoir la photo parfaite, le contenu drôle et super sympa et cela à un rythme soutenu, c'est super chronophage et aliénant ! Car la réalité d'un projet est tout autre, les choses prennent du temps à se mettre en place, il y a parfois rien à dire ou à défendre, et ce n'est pas mon truc d'avoir tout le temps le téléphone en main pour partager ce que je trouve magnifique. L'important pour moi est d'être dans le moment présent, en tout cas c'est ce vers quoi je veux tendre, et pas toujours à avoir à penser à mon prochain post quand je fais quelques chose.



Un trop plein d'informations


moins de réseaux sociaux


Et puis c'est pareil j'ai l'impression de voir que de la pub, ou des choses que je devrais faire, avoir, ou penser; et pour moi c'est un trop plein d'informations qui me désaxent de mes projets et ne laissent pas de place à ma propre imagination, au vide, au silence, à la satisfaction d'être ce que je suis ou d'avoir ce que j'ai déjà, il faut toujours plus et toujours se sentir insatisfait...Et cerise sur le gâteau, quand j'ai un gros coup de fatigue,je me surprends à regarder des vidéos Instagram de gens que je connais même pas, vidéos addictives et pas vraiment stimulantes intellectuellement...quelle perte de temps et surtout quel gâchis pour mon cerveau et la planète ! Je ne blâme personne, le système est ainsi fait et je suis la première à tomber dans ce genre de piège...mais il y a comme un hic avec mes valeurs qui ne prônent pas la consommation, l'apparence ou la surcommunication comme mode de vie. Et surtout je me suis demandée si ce que je ressentais en tant qu'utilisatrice, je voulais en être actrice et faire partie d'un système qui ne me convient pas et auquel je ne crois pas. Alors, j'ai décidé qu'il était temps d'incarner mes valeurs et de reprendre de bonnes habitudes et encore une fois, faire des choses qui font du sens et qui me rendent profondément ancrée et sereine.



Comment faire sans les réseaux sociaux ?


Comment faire sans les réseaux sociaux ?


Cependant j'entends souvent que pour se faire connaître il faut passer par les réseaux sociaux mais si j'ai choisi une nouvelle orientation professionnelle et un nouveau mode de vie, c'est bien pour incarner des valeurs écologiques, minimalistes et humaines jusqu'au bout et pas juste en apparence. Alors pour vivre pleinement ces valeurs et porter un projet qui est ancré dans la réalité avec des engagements humains et écologiques, j'ai décidé de communiquer sans réseaux sociaux et d'être présente seulement sur Internet via le site des Jardins de Gal'gris et le blog. Cette décision s'accorde avec mon projet en revenant aux bons vieux outils de communication qui permettent d'être dans le vrai rythme de la vie, dans le lien, dans un contenu plus approfondi, et ainsi travailler avec des structures à échelle humaine et locale. La preuve en est, en ayant déjà un contrat avec un lieu de vacances pour faire des ateliers pour enfants sans passer par les réseaux, ni par Internet. C'est le bouche à oreille qui m'a permis de rencontrer le directeur du Domaine de Rochebois à Vitrac pour mettre en place un lieu d'accueil et de loisirs pour les enfants. Et je crois aussi fermement que les gens qui seront à la recherche d'ateliers pour enfants, de produits naturels ou de jardins me trouveront, je crois aux bonnes énergies et aux rencontres qui doivent arriver sur internet et surtout dans la vie !


Cette décision est prise aussi après une réflexion qui s'est nourrie de l'exemple d'entreprises qui ne sont pas sur les réseaux sociaux et qui fonctionnent très bien, je vous invite à lire les articles de "quitter les réseaux sociaux" du blog de la révolution des tortues qui explique comment on peut s'en passer et faire vivre son entreprise. Il y a aussi le site d'une vie slow qui prône le ralentissement et la connexion au monde qui nous entoure pour une meilleure qualité de mouvement et de présence à soi et aux autres. Ils sont présents sur Internet avec leur site et leurs podcasts mais pas sur les réseaux sociaux et pourtant je les ai trouvés !

Et je voudrais citer pour finir le site des terres d'Alma qui entame aussi cette démarche de communiquer sans les réseaux sociaux et qui m'a permis cette réflexion et cette décision.


Bình luận


bottom of page